Réflexions sur l’Economie du Riz au Mali

Une conférence  « Réflexions sur l’Economie du Riz » au Mali a été organisée à l’initiative de l’Association Malienne des Anciens Fonctionnaires Internationaux des Nations Unis (AMAFINU) en partenariat avec le Ministère du Développement Rural, le jeudi 01 octobre et le vendredi 02 octobre à Bamako.

L’objectif principal de la conférence était de réfléchir à la problématique du développement de la filière riz au Mali et de faire des recommandations pour l’amélioration de son fonctionnement.

Ont pris part à cette conférence, les Directeurs des structures relevant du Ministère du Développement Rural (MDR) ou leurs représentants, le représentant du Ministre du Commerce et de l’Industrie,  des représentants de la FAO, du Centre du Riz pour l’Afrique (AfricaRice), d’Organisations de producteurs et d’ONG (voir liste des participants).

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du Ministre du Développement Rural, Dr Bocary Tréta, en présence du Médiateur de la République, M. Baba Hakim Haidara, du Ministre Commissaire à la Sécurité Alimentaire, Dr Nango Dembélé, du Ministre de l’Equipement et des Transports, M. Hachim Koumaré, des Représentantes de la FAO et de L’USAID au Mali ainsi que de plusieurs autres personnalités.

Les  travaux de la conférence ont été ouverts par le Ministre du Développement Rural. Dans son allocution, le Ministre a remercié l’AMAFINU pour cette heureuse initiative qui est une bonne opportunité d’échanges autour du développement du secteur rizicole. Il a rappelé l’importance de la filière riz qui est selon lui est une filière stratégique dans le développement du secteur agricole au Mali. Il n’a pas manqué de rappeler aussi tout l’intérêt que le Gouvernement du Mali porte sur le développement du secteur agricole qui sera soutenu par le budget de l’état, à hauteur de 15%, à partir de 2015 contre 10% avant. Il a promis que les recommandations qui sortiront de cette conférence seront examinées au niveau du Département avec grand intérêt.

Au cours de la conférence les points suivants ont fait l’objet de brillantes présentations et de fructueuses discussions :

A l’issue des discussions, les recommandations ci-dessous ont été formulées et adoptées :

Recommandation  1 relative aux importations du riz au Mali

Considérant que le Mali est importateur net de riz ;

Considérant l’impact négatif des exonérations sur la production nationale,

La conférence recommande d’une part une meilleure gestion des exonérations et d’autre part d’approfondir les réflexions sur les importations du riz pour développer une stratégie appropriée afin que le pays soit effectivement autosuffisant.

Recommandation  2 relative à la fiabilité des statistiques sur le riz

Considérant la variabilité des données de production et d’importation sur le riz,  la conférence recommande une approche partagée sur les méthodes d’évaluation de la production et des besoins d’importation du riz.

Recommandation 3  relative au contrôle de qualité du riz importé

Vu les insuffisances notées sur la qualité du riz importé, la conférence recommande que les normes en vigueur soient rigoureusement respectées par les services de contrôle.

Recommandation 4 relative à la stratégie nationale de développement de la riziculture au Mali

Au regard des insuffisances et des incohérences relevées dans le document présenté sur la Stratégie Nationale de Développement de la Riziculture, la conférence recommande une relecture de la  stratégie de développement de la riziculture.

Recommandation 5 relative à la gestion de la fertilité des sols

Compte tenu de la baisse de la fertilité des sols au Mali, la conférence recommande la bonification de ces sols avec notamment l’utilisation à grande échelle du Phosphate Naturel du Tilemsi (PNT)

Recommandation 6 relative à la disponibilité de la semence de qualité

Vu le faible taux d’utilisation des semences certifiées, la conférence recommande d’améliorer la production des semences de qualité et d’en faciliter l’accès aux producteurs.

Recommandation 7 relative au renforcement de capacités des acteurs

Vu le faible niveau d’adoption des technologies d’intensification ;

Vu l’insuffisance de la qualité du riz pour répondre à la demande des différentes catégories de consommateurs ;

La conférence recommande le renforcement des capacités techniques, organisationnelles et matérielles de l’ensemble des acteurs de la chaine de valeur.

Recommandation 8 relative à la gestion de l’eau en contre saison dans les périmètres irrigués

Considérant la diminution des débits des cours d’eau ;

Considérant la multiplication des usages des eaux ;

La conférence recommande qu’une réflexion approfondie soit menée sur les systèmes de production à mettre en œuvre et sur l’arbitrage des différents usages.

Recommandation 9 relative à l’exploitation des aménagements existants

Considérant la faible valorisation de nombreux aménagements agricoles réalisés, la conférence recommande une meilleure exploitation de ces aménagements.

Recommandation 10 relative à la mécanisation

Vu le faible niveau d’équipement des acteurs de la chaine de valeur pour une production de qualité, la conférence se félicite des efforts en cours pour le développement de la mécanisation de l’agriculture et recommande la poursuite de ces efforts par la mise en place des mécanismes adaptés pour plus d’accès aux équipements agricoles adaptés.

Recommandation 11 relative au financement de la recherche

Considérant l’importance de la recherche agricole dans l’atteinte de la sécurité alimentaire au Mali ;

Considérant les faibles ressources nationales allouées à la recherche agricole ;

La conférence se félicite de l’allocation de 15% du budget national à l’Agriculture et encourage le gouvernement à poursuivre le renforcement du financement durable de la recherche agricole

La conférence a été clôturée par le Secrétaire Général du Ministère du Développement Rural, Mr Daniel Kéléma, qui a remercié tous les participants de leur participation active et sollicité la mise à disposition du Département des recommandations issues de la conférence et l’appui de l’AMAFINU pour une réflexion sur la filière viande

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *